Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 09:48

On le sait, la broderie faisait partie intégrante au XVIIIe siècle de l'éducation des petites filles, destinée avant tout à leur apprendre l'art de marquer leur linge, et pour certaines à écrire et à compter. On s'émerveille aujourd'hui devant la complexité des travaux réalisés par ces très jeunes filles. Mais pour ces dernières, broder était-il un pensum ou une activité de détente ? Et comment étaient perçus par les adultes ces obligatoires travaux d'aiguilles ? Un indice nous a été laissé dans l'ouvrage de Dorothy Kilner, Dialogue and Letters on morality, oeconomy and politeness for the improvement and entertainment of young female minds, publié à Londre en 1780. Je vous ai déjà parlé de cet ouvrage à propos du sampler de Jane Brown, dont le texte brodé reprenait un poème publié dans le volume III. Je vous laisse jeter un œil à nouveau à cet article pour vous remettre le contexte en mémoire. Dans le volume I de cette publication (p. 22-23), Mrs Seamore écrit à sa fille Harriot, alors en séjour chez sa tante. Après l'avoir vertement tançée pour ne pas avoir écrit à ses parents, Mrs Seamore raconte à sa fille une visite chez Mrs Hutchins.

 

It is a truth universally acknowledged... that learning to embroider was a substantial part of young girls' education in the 18th century. By doing so not only were they able to learn how to mark their linen, but for some of them it was also a way to learn their letters and numbers. We can't help but marvel today at the amount of work and dedication these little girls put into their works. Back then though, how do you think they saw it? Was it some kind of chore, or a pleasant way to spend a few hours? And how did adults see these inescapable needleworks? A clue has been left behind for us in Dorothy Kilner's Dialogue and Letters on morality, oeconomy and politeness for the improvement and entertainment of young female minds, published in London in 1780. I already mentionned this series of books in my post about Jane Brown's sampler. I you recall, Jane had picked up a poem published in Dorothy's book (volume III) to stitch on her sampler. Have a quick look at this post as a reminder of the book's context. In volume I, p.22-23, Mrs Seamore writes to her daughter Harriot who is spending a few days at her aunt's house. Mrs Seamore begins by dressing down Harriot for not having written to her yet, then proceeds by telling about a visit paid to Mrs Hutchins.

Dorothy Kilner 1755-1836

 

 

A propos de cette visite, Mrs Seamore évoque un sampler brodé par Mrs Hutchins quand elle était jeune. Verdict sans appel de Mrs Seamore : que de temps perdu à broder TOUS ces moutons et ces boutons de rose ! Un ou deux abécédaires auraient amplement suffi !

Mrs Seamore mentions a sampler Mrs Hutchins embroidered when she was a little girl and the verdict is irrevocable: far too many sheep and rose buds, such a waste of time! A couple of alphabets would have met the purpose.

 

'Thursday we drank tea with Mrs. Hutchins, who was extremely obliging, and took great pains to amuse and entertain your sister. Mrs. Hutchins shewed us a sampler she worked when she was a girl at school. You would be surprised to see what a prodigious quantity of work there is in it, and hurt, I dare say, to think how much time must have been spent upon it, which might have been infinitely more profitably employed; for I know not any one use the sampler is, or ever has been of, excepting that of teaching her to mark; and for that purpose the one you worked, with both the alphabets in it, did equally well. Mrs. Hutchins's contains not only the alphabets, but strawberry rows, and rose-buds out of number; besides which, there is a shepherd and shepherdess sitting under a large tree watching their flock, which consists of twelve sheep and four goats, (for I counted them) and then at the bottom of all, is worked the ten commandments.'

 

"Jeudi nous avons pris le thé chez Mme Hutchins, elle a été extrêmement obligeante et a pris grand soin d’amuser et de divertir ta sœur. Mrs Hutchins nous a montré un sampler qu’elle a brodé à l’école quand elle était petite fille. Tu serais surprise de voir l’énorme quantité de travail qu’il y a dans cet ouvrage, et je dois dire que cela me chagrine de penser que tout le temps qui y a été passé aurait pu être employé de façon infiniment plus profitable. En effet je ne connais d’autre utilité au sampler, autrefois comme aujourd’hui, que d’apprendre à marquer son linge ; et pour ce faire, celui que tu as brodé, avec ses deux alphabets, a tout aussi bien rempli son rôle. Celui de Mrs Hutchins contient non seulement des alphabets, mais aussi des rangées de fraisiers et un nombre incalculable de boutons de roses ; en plus de tout cela on y voit un berger et une bergère assis sous un grand arbre à surveiller leur troupeau, qui est composé de douze moutons et de quatre chèvres (je les ai comptés), et dans le bas sont brodés les dix commandements". (trad EB)

 

Margaret Laskey, Philadelphia, Pennsylvania, 1795 - (c) Samplings

 

Mary Poynton, 1795 - (c)Madalena.com

 

"Brode-moi un mouton" (ou deux, ou douze !)

 

Les dix commandements/ The ten commandments, 1749, Metropolitan Museum of Art

 

Miss Hutchins, par contre, fait beaucoup mieux ! Non seulement les écrans (voir l'article de Meriem sur ce sujet) sont utiles, mais sa broderie est éducative. On joint donc l'utile à l'utile, et Mrs Seamore est contente.

Mrs Hutchins on the other hand is doing much better! Not only are screens useful (see Meriem's post on the subject), what she embroiders has an educational touch to it. Killing two birds with one stitch...

 

'Miss Hutchins is working a screen at present, which I think appears to me much more useful labor than her mother's sampler. It is worked in the form of the map of England: the different counties done with different coloured silk, and in the middle of each the name of the county, so she is not only doing what will be of some use by being made into a handsome screen, but at the same time learning very perfectly the shape of the counties, in what manner they join each other, and their different situations: a very necessary piece of knowledge for every English woman to be perfectly acquainted with. I think in a little while you will like to work such a one; and so perhaps will your sister; and I am sure your papa and I shall much like to have our screens adorned with our dear girl's performances. The paper begins to look a little shabby, and by the time you have both compleated such a task, it will be quite ready for a new cover.'

 

"Miss Hutchins est en train de broder un écran, ce qui me semble être un travail beaucoup plus utile que celui de sa mère. Le motif représente une carte de l’Angleterre : les différents comtés sont faits avec différentes couleurs de soie, et au milieu de chacun est inscrit le nom du comté, ainsi non seulement elle confectionne un ouvrage utile sous la forme d’un élégant écran, mais en même temps elle apprend de façon très excellente la forme de chaque comté, quel comté voisine avec quel autre, ainsi que leur localisation : un savoir tout à fait nécessaire avec lequel toute femme anglaise se doit d’être parfaitement familière. Je pense que dans quelques temps tu auras à cœur de réaliser un tel ouvrage ; peut-être que ta sœur le souhaitera aussi, et je suis sûre que votre papa et moi apprécieront beaucoup de voir nos écrans ornés des réalisations de nos chères filles. Le papier commence à être un peu abimé, et d’ici le moment où vous aurez terminé un tel travail, il sera temps de mettre une nouvelle feuille". (trad EB)

 

Les broderies représentant des cartes géographiques sont bien connues à cette époque.

Geographical maps as embroidery pattern are not rare at this period.

Ann Rhodes, 1780 - The Victoria and Albert Museum

Sarah Dawson, 1798 - Metropolitan Museum of Art

 

On en trouve même des modèles dans des magazines féminins.

Map pattern for embroidery purpose are available in ladies' magazines.

A correct map of England adapted to the use of the ladies. The Lady's Magazine, vol. 7 (1776)

(c)The lady's magazine website

 

Il reste à espérer que toutes les mères n'étaient pas comme Mrs Seamore et les petites filles qui ont brodé tous ces extraordinaires samplers ont reçu à l'époque tous les compliments qu'elles méritaient !

I just hope that all mothers were not like Mrs Seamore and that the little girls who embroidered all these breathtaking samplers back then were given all the compliments they deserved.

 

A bientôt !

Partager cet article

commentaires

M
Merci Emmanuelle pour cet article très intéressant qui, outre les renseignements sur la broderie, nous fait réviser notre anglais ! Bonne fin d'année à toi et aux tiens !
Répondre
M
Suuuper article, très intéressant et amusant. Merci
Je crois que Mrs Seamore était ma tante....
J'ai toujours brodé, même toute petite.
Je suis pourtant d'une époque où on brodait utile, porte serviette, napperon, tablier, etc. mais j'avais quand même une tante qui trouvait tout ça inutile et m'incitait à trouver des activités plus intéressantes et instructives.
Et bien je me rends compte en lisant ton article et en ronchonnant devant ce que dit Mrs Seamore que je n'ai toujours pas digéré des dizaines d'années après, j'en veux encore à ma tante LOL
Répondre
E
Très drôle ! (enfin, avec le recul). Heureusement que tu n'as pas écouté ta tante !!
L
merci pour cet article très intéressant. J'espère que la plupart de ces petites filles prenaient plaisir à broder. Bonne journée
Répondre
S
Un très joli billet instructif. A cette époque, les petites filles ne pouvaient pas choisir leurs activités. Elles devaient obéïr !
Répondre
I
Merci pour ce partage historique. Je pense surtout que Mrs Seamore était jalouse de n'avoir eu le talent nécessaire à en faire autant et donc par mauvaise foi, préfère dénigrer le travail de Mrs Hutchins
Répondre
N
Quelle tristesse, de ne considérer que le côté utile des choses, comme si la vie se résumait qu'à une suite d'obligations tristounettes... même des tâches un peu rébarbatives comme le repassage, on peut le considérer comme une occasion de réfléchir ou d'écouter de la musique, le jardinage comme un moment de zénitude... essayer de positiver chaque tâche, s'autoriser à réaliser un ouvrage juste pour le plaisir... c'est aussi l'exemple que l'on peut donner comme maman, non ?
Belle fin de journée, bises ,
Répondre
A
Bonjour Emmanuelle.
Très heureuse de te lire.
Ton article est très interessant .
Il est vrai que les samplers faits à cette époque me serrent un peu le coeur car elles avaient peut-etre envie de jouer , de faire quelque bêtises comme on le voit dans les malheurs de Sophie.
Toutefois c'est un témoignage très important pour nous..
Je te souhaite une bonne journée et plus.
Te lire est toujours un plaisir.
Je t'embrasse.
Andrée.
Répondre
M
Un grand merci Emmanuelle pour ce bel article si bien documenté et tellement instructif. Je pense que parmi ces petites filles, certaines voyaient la broderie comme une récréation et d'autres comme un pensum... Bisous
Répondre
B
Emmanuelle, quel plaisir de te relire! Je n'ai même pas encore pris l'occasion de te remercier pour tous tes gentils commentaires laissés dernièrement sur mon blog. Voici qui est fait.
Article très intéressant, merci et bien documenté. C'est effectivement à se demander si ces jeunes filles prenaient plaisir à broder dans de telles conditions. Ca me rappelle que j'aimais bien dessiner étant enfant... jusque ce qu'une horrible prof m'impose des règles et donne des notes médiocres aux dessins que je trouvais réussis. Neanmoins certaines jeunes filles ont dû préférer broder à certains autres cours. Ce sont souvent parents et professeurs qui sont responsables de nos goûts.
Bonne fin de semaine, très belle journée et à bientôt,
Bisous
Répondre

Présentation

  • : Le marquoir d'Elise
  • : Partager avec vous ma passion pour les marquoirs anciens, le point de croix, la broderie traditionelle, le patchwork et le cartonnage
  • Contact

Mes autres blogs

Follow Me on Pinterest

Rechercher

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -